Nissan Leaf

La Norvège encourage fortement la voiture électrique à travers un éventail d’incitations. Une politique couronnée de succès car les véhicules électriques ont désormais envahi la capitale. Mais certaines mesures commencent à montrer leurs limites.

En France et dans la majorité de pays, les ventes de voitures électriques ne décollent pas. De bons modèles sont maintenant sur le marché mais des obstacles persistent comme le prix, le réseau de recharge insuffisant et l’autonomie. Pour l’heure, seule une véritable volonté politique semble efficace pour promouvoir efficacement la voiture électrique et l’exemple de la Norvège en est une bonne illustration. Dans ce pays, les bornes de recharge sont plus abondantes qu’ailleurs, les véhicules électriques bien subventionnés et ils peuvent emprunter les couloirs de bus des grandes ville ce qui fait gagner un temps précieux à leurs utilisateurs.

A lire aussi : BMW prépare l’arrivée de la publicité à bord

Mais une politique d’incitation n’est pas éternelle et dans le cas de la voiture électrique, elle s’arrête lorsque les ventes ont atteint les objectifs souhaités où lorsque les mesures incitatives deviennent inefficaces ou trop lourdes à supporter. En Norvège, le second cas se profile, les avantages accordés aux conducteurs de voitures électriques commenceraient à s’essouffler.

Couloirs de bus envahis

Selon le site Quartz.com, reprenant une source norvégienne,  les véhicules électriques dominent maintenant les couloirs de bus d’Oslo. Dans les quartiers huppés où les voitures électriques font recette, leur trafic pourrait bientôt créer des embouteillages sur les couloirs de bus aux heures de pointe. Les 500 bornes publiques de la ville sont elles aussi victimes de leur succès. Quartz rapporte qu’elles affichent souvent complet pendant la journée.

A lire également : Stop and Start : 83% de voitures équipées d’ici 2022

En 2013, les ventes de voitures électriques devraient représenter 5% du marché norvégien et les prochains mois s’annoncent bien avec l’arrivée de modèles tels que la Volkswagen e-UP !, la Golf électrique et la BMW i3.

A en croire une récente étude menée sur les utilisateurs de voitures électriques en Norvège, les trois premières motivations d’achat sont la gratuité des péages, les réductions fiscales et le prix réduit des recharges électriques. Malgré ces petits désagréments évoqués plus haut, les raisons d’acheter une voitures électrique restent donc d’actualité, tant que l’État Norvégien maintiendra ses subventions.

  • Caméra thermique FLIR ONE PRO LT iOS -20 à +120 °C 80 x 60 Pixel 8.7 Hz D951611
  • Caméra thermique FLIR ONE PRO LT Android USB-C -20 à 120 °C 80 x 60 Pixel 8.7 Hz D951681
  • Pince ampèremétrique VOLTCRAFT VC-590OLED VC-590 OLED numérique étalonné: d'usine (sans certificat) affichage OLED CAT III 600 V, CAT II 1000 V A Q696891

1 commentaire

  1. Quand je serais riche je me payerais une Tesla pour encombrer les couloirs de bus, ne pas payer des contraventions, avoir de subventions, lorgner le populo tout en roulant en silence. Faire partie de la nomenklatura en somme. Cà vous la coupe à tous.
    Je regarderais passer les ploucs en Ferrari pétaradent et puante plus les autres ploucs aussi en Mercedes de vieux ou BMW toujours la même gueule depuis des décennies et au gasoil.
    Sans compter les Audi même gueule et en diesel aussi qui se vends maintenant et à ce qu’il parait à plus de 100.000 exemplaires chez certains bouseaux ricains.
    J’ai lu çà et çà me sidère.

    Augmentez les prix, si c’est pas cher, c’est le bide!

Une remarque ? Une question ?

Please enter your comment!
Please enter your name here