contrôle anti-pollution

En vigueur depuis 1999 et obligatoire pour certains véhicules utilitaires légers, le contrôle antipollution est encore mal connu. Quels sont les types de véhicules concernés et à quelle fréquence doivent-ils s’y soumettre ? Plus globalement, comment faire baisser le niveau de pollution de votre véhicule pour bien l’entretenir et éviter d’être soumis à une contre-visite ? Explications en 6 points clés.

Qu’est-ce que le contrôle technique complémentaire antipollution ?

Le contrôle technique complémentaire antipollution est une visite technique complémentaire, une vérification portant sur le système de contrôle antipollution. Son objectif ? Il s’agit principalement de mesurer et contrôler les émissions polluantes des véhicules utilitaires légers, qui circulent davantage. Cet examen doit avoir lieu dans un centre de contrôle agréé. Il intervient après le contrôle technique régulier. Ce contrôle doit être pris au sérieux car il peut faire l’objet d’une contre-visite.

A lire en complément : Ouvrir un garage : que faut-il savoir ?

Une obligation pour les véhicules utilitaires légers

Les propriétaires de véhicules utilitaires légers (VUL) doivent, chaque année, faire réaliser ce contrôle complémentaire antipollution. Plus précisément, quels sont les véhicules concernés ? Ceux de plus de quatre ans et dont le Poids Total Avec Charge (PTAC) est inférieur à 3,5 tonnes. Il faut également s’assurer de la date de mise en circulation du véhicule. Sont concernés :
– les véhicules utilitaires à essence mis en circulation à partir du 1er octobre 1972 ;
– les véhicules utilitaires diesel mis en circulation à partir du 1er janvier 1980.

De plus, si la rubrique « genre » de la carte grise indique une autre mention que « VP » (Véhicule Particulier), alors la voiture est concernée. Il peut d’agir d’une camionnette, d’un fourgon, d’un pick-up ou encore d’un véhicule de transport sanitaire (les caravanes ainsi que les fourgons funéraires ne sont pas concernés).

Découvrez également : Voyant de batterie allumé : Comment réagir ? Que faire ?

Comment s’assurer que le véhicule doit faire l’objet d’un contrôle antipollution ? Il suffit de vérifier la carte grise. Si la mention CCTE est indiquée, alors le véhicule doit passer le contrôle antipollution.

Quand faire le contrôle antipollution et à quelle fréquence ?

Le contrôle antipollution doit être réalisé entre le 11e et le 12e mois suivant le dernier contrôle technique. Il intervient donc entre deux contrôles techniques. Attention ! Ce contrôle est soumis à une date limite. Comment la connaître ? La date limite figure sur le procès-verbal du contrôle technique périodique ainsi que sur sa vignette.

Quels sont les points vérifiés lors du contrôle antipollution ?

Plusieurs critères sont étudiés : l’identification du véhicule, le contrôle des émissions polluantes, ainsi que les témoins lumineux d’information (éléments lumineux) correspondants.

Concrètement, il s’agit de vérifier les différents indicateurs de pollution du véhicule :

  • les émissions d’échappement : l’opacité des fumées d’échappement rejetées par les moteurs diesel ;
  • les tuyaux d’échappement : la valeur lambda et la teneur en CO² des gaz d’échappement rejetés par les moteurs à essence ;
  • le contrôle de l’OBD (système de diagnostic embarqué) : afin de diagnostiquer d’éventuels pannes et dysfonctionnements des dispositifs de filtration des émissions polluantes.

Véhicules utilitaires à essence

La validation ou non du test antipollution des véhicules à essence dépend du contrôle des émissions de CO² par km². Les taux tolérés dépendent de la date de mise en service du véhicule.

Véhicules utilitaires diesel

Du côté des véhicules diesel, c’est l’opacité des fumées qui est regardée de près.

Si le centre de contrôle constate une défaillance critique ou majeure de l’un de ces points, alors le véhicule doit se soumettre à une contre-visite.

Et après le contrôle antipollution ?

Deux options sont possibles. Si le véhicule ne pollue pas, la date du prochain contrôle technique est alors inscrite sur le certificat d’immatriculation. S’il pollue, la date de la contre-visite complémentaire est inscrite sur le certificat d’immatriculation. Cette contre-visite doit avoir lieu dans un délai de deux mois. En faisant réaliser les différents réglages antipollution sur le moteur, la contre-visite doit ensuite pouvoir être réussie sans problème.

Comment faire baisser la pollution émise par un véhicule ?

Un élément capital : entretenir régulièrement son véhicule. Il est essentiel de s’assurer du bon état général de la mécanique interne du véhicule, et tout particulièrement de l’état du moteur.

Soigner l’état du moteur

Pourquoi ? Parce qu’un moteur bien entretenu et correctement réglé est moins susceptible de tomber en panne et est bien sûr moins polluant. Différents réglages antipollution existent pour le moteur. Il est indispensable de les faire réaliser et de vérifier également le système d’allumage, de carburation et la pompe d’injection.

Faire installer un filtre à particules

Le filtre à particules fait partie de ce qu’on appelle du « matériel de dépollution ». Particulièrement recommandé pour les véhicules diesel, le filtre à particules supprime la pollution dangereuse pour la santé. Son rôle est d’atténuer le rejet de particules toxiques et de fumées noires émises par les moteurs diesel. Il suffit de vous adresser à votre garagiste pour lui demander l’installation. Vous pourrez ainsi réduire jusqu’à 70 % les particules émises par votre moteur.

Votre véhicule est concerné par le contrôle antipollution ? Restez vigilant sur les délais et soyez attentif à l’entretien de votre voiture. Ne faites pas l’impasse sur le contrôle anti-pollution !

  • Nifogo Bouteille D'huile d'olive - Distributeur de Huile Vinaigre, Acier Inoxydable Anti-Fuite Sauce Pot, Ustensile de Cuisine (750ml, 2pcs)
    ➤ ANTI-GOUTTE - Conception anti-égouttement pour éviter les fuites d'huile, en gardant la bouteille propre et sèche. ➤ FACILE À NETTOYER/GRATUIT PINCEAU CUISINE - En acier inoxydable, laver et nettoyer à la main ou au lave-vaisselle. ➤ 100% SECURITE ALIMENTAIRE - Sans BPA, résistant à la rouille et à l'huile robuste avec couvercle anti-poussière, isolé de l'air vicié, pas de pollution, éviter les aérosols nocifs dans un distributeur d'huile préemballée. ➤ CONCEPTION - Bec design corps sculpturale, mieux contrôler le carburant, vous donner une vie saine. ➤ MULTIFONCTION - Outil parfait pour contenir l'huile, l'huile d'olive et de canola, le vinaigre, la sauce de soja, le vinaigre balsamique etc.
pub

Une remarque ? Une question ?

Please enter your comment!
Please enter your name here