voiture personnalisée

Le terme « tuning » n’est plus à la mode : si dans les décennies 1990 et 2000, c’était un phénomène, on parle aujourd’hui de personnalisation. Cette nouvelle génération a toujours la volonté de vouloir faire de sa voiture un objet unique mais haut de gamme. Qu’est-ce qui a provoqué la disparition du tuning et pourquoi cherche-t-on aujourd’hui une personnalisation sur mesure ?

Un panier moins élevé pour faire évoluer sa voiture

Si les constructeurs automobiles, les magasins spécialisés et les boutiques en ligne s’arrachent leur place sur ce marché, qui n’est plus l’apanage des riches propriétaires de berlines de luxe, c’est l’individualisation de l’automobile est bien la nouvelle tendance. Ne pas vouloir la même voiture que son voisin ne date pas d’hier mais cela avait quelque peu disparu, après guerre, dans un marché d’industrialisation massive de l’équipement automobile. C’est d’ailleurs cet état d’esprit qu’avait du conserver les « tuners » en choisissant toutefois la voix de l’ostentatoire et de la surenchère, quitte pour certains à y laisser toutes leurs économies.

A voir aussi : Ford invente la location partagée

Aujourd’hui, le panier moyen d’un amateur de personnalisation va être moins gros que celui d’un amateur de tuning. Le client d’aujourd’hui va être plus attentif à la dépense en achetant au plus juste et moins superflu. L’idée est souvent de se distinguer et de se faire un petit plaisir avec des éléments de détails comme des tapis de sol pour voiture sur-mesure ou des pommeaux de vitesse racés. Ils vont donc privilégier l’esthétique par rapport aux éléments de carrosserie, contrairement à la génération précédente qui n’hésitait à combiner becquet, kit carrosserie, optique….aussi pour se faire remarquer.

Les raisons de cette nouvelle vague

Si le premier opus du film « Fast and Furious » a été le fil directeur de la vague Tuning, les amateurs ont eu moins de magie dans la réalité. En effet, beaucoup d’entre eux se sont faits contrôlés par les forces de l’ordre, afin de vérifier la légalité des équipements du véhicule. Cela peut expliquer pourquoi le tuning se fait plus discret en terme esthétique et que les modifications se font juste sous le capot. Il y a aussi les embûches croisées sur la route comme les pare-chocs des voitures rabaissées qui se rayent sur les dos d’âne ou des casses moteur dues à l’accumulations des équipements mécaniques mal installés.

Découvrez également : Trottinette électrique : les modèles qui concurrencent la voiture en ville

Le second motif de ce tournant du tuning est la mauvaise image donnée de cette discipline par les médias. Les aficionados du tuning ont souffert des stéréotypes de la télévision. C’est pourquoi ils ont dû démontrer que la personnalisation d’un véhicule était une activité réfléchie et sociale. D’ailleurs, cette nouvelle vague de tuning a jeté son dévolu sur des voitures de standing allemande et laissé les petites voitures comme Golf ou 205 d’origine. Il y a une évolution des goûts…

Au final, le tuning est-il réellement mort ou a t’il su s’adapter ? La seconde réponse est plus probable. En effet, on peut toujours assister à des meetings de tuning organisés par les puristes mais on ne croise plus autant de voitures super modifiées au quotidien. D’ailleurs, la voiture « pimpée » est plus souvent un véhicule secondaire destiné aux loisirs.

Ce qui est réellement mort c’est l’engouement d’un tuning extravagant et non en adéquation avec le véhicule d’origine. Les anciens adeptes de ce phénomène, souvent des novices en mécanique et des jeunes permis ont grandi et sont passés à autre chose.Les couleurs flashy et les aménagements bricolés ont disparu pour des équipements sobres et de qualité, permettant toujours de goûter à de jolies performances sur route.

La personnalisation en chiffres

  • Il y a 1.5 à 2 millions de voitures modifiées en circulation, toutes marques confondues.
  • 150 000 passionnés de personnalisation qui ont l’impression de rouler dans une autre
  • voiture
  • Les principaux acteurs de cette tendance restent néanmoins de jeunes, âgés de 18 à 35 ans et dont beaucoup d’entre eux travaillent dans le secteur automobile.

Une remarque ? Une question ?

Please enter your comment!
Please enter your name here