voitures neuves

Lors des mois de confinement, les ventes de voitures neuves ont chuté de 80%, plongeant le secteur automobile dans une grave crise qui met aujourd’hui en danger des milliers d’emplois et jusqu’à la pérennité de certains grands groupes. Pour contrer cela, Emmanuel Macron a annoncé le 26 mai 2020 un plan de relance d’envergure. S’il tient en deux axes, l’accroissement des primes à l’achat et des aides financières destinées aux constructeurs, il est animé par une même philosophie : celle du souci écologique.

Augmentation des primes et bonus

Comme attendu, le secteur automobile va devoir réagir et faire face à cette situation inédite et le gouvernement compte bien leur donner un coup de main. Il s’agit d’abord de stimuler la demande tout en verdissant le parc automobile. Les différentes primes sont augmentées jusqu’à la fin de l’année 2020. Pour l’acquisition d’un véhicule électrique, la prime est relevée à 7 000 euros maximum. Les voitures hybrides rechargeables reviennent dans le système avec des aides montant jusqu’à 2 000 euros. Dans les zones labellisées à faibles émissions, les sommes pourront être augmentées. Les entreprises vont également bénéficier de telles primes mais de manière moins avantageuse. Ensuite le mécanisme de la prime à la conversion se voit grandement renforcé. D’abord le relèvement du plafond fiscal y donnant accès est augmenté : en étant porté à 18 000 euros, il touchera les trois-quarts des français, affirme l’exécutif. Cette prime, désormais plus généreuse, est éligible pour les achats de véhicules, neufs ou d’occasion, moins polluants. La prime à la conversion pourra donc atteindre 3 000 euros pour l’achat d’un véhicule thermique et 5 000 euros pour un moteur électrique ou hybride. L’objectif est de permettre la mise en circulation de 200 000 véhicules propres d’ici là fin de l’année. Par souci pédagogique et afin de promouvoir ces mesures, les véhicules bénéficiant de ces aides auront une pastille verte apposée à l’arrière.

A lire en complément : L’intelligence artificielle a déjà conquis l’automobile

Un soutien direct à la filière

Ensuite, le second volet du plan de relance vise plus particulièrement à favoriser l’offre avec des aides aux entreprises du secteur. Un fond de soutien de 600 millions d’euros va être crée. Il sera abondé à hauteur de 400 millions par l’État, le reste provenant des entreprises. Le Président de la République a souligné que 150 millions d’euros seraient consacrés à la recherche et au développement, afin de favoriser l’émergence des véhicules du futur. Enfin pour compléter ces différentes aides, l’État prévoit une accélération du déploiement des bornes électriques : 100 000 d’ici 2021 seront en place, contre un déploiement initial prévu pour 2022.

Des incitations pour les copropriétés sont prévues afin d’atteindre cet objectif. Au total, le plan de relance du secteur automobile prévoit un investissement de 8 milliards d’euros par l’État à des niveaux différents. Fort de cet effort, l’exécutif, par plusieurs voix, a souhaité que les constructeurs profitent de ces aides pour réorienter leur production automobile : d’une part vers une relocalisation des moyens de productions sur le territoire nationale et d’autre part sur le point crucial qui sous-tend tout le plan de relance et que Bruno Le Maire a exprimé ainsi : « Il faut que l’on fasse de cette crise un levier pour accélérer la transition écologique ».

A lire aussi : Quel SUV choisir pour votre entreprise ?

L’avenir nous dira s’il s’agit d’un vrai choix stratégique de la part du gouvernement ou d’une annonce attendue par beaucoup pour qui cette période de confinement a mis encore un peu plus en avant les enjeux écologiques. Continuez de suivre l’actualité du secteur automobile sur WEBCARNEWS ou sur d’autres médias afin de rester informé.

Une remarque ? Une question ?

Please enter your comment!
Please enter your name here